Quel match ! Alors que le suspense s’est étendu jusqu’aux dernières secondes de jeu, c’est bien les Celtics qui arrachent la victoire face aux Sixers sur un score de 114 à 112. Avec 24 points, 4 rebonds, 2 passes et 2 contres à 76% aux tirs, Jaylen Brown a été exemplaire des deux côtés tout en montrant un calme et une sérénité à toute épreuve. Bien épaulé par un Jayson Tatum encore décisif (25 points, 3 rebonds, 4 passes) et par les vaillants Smart, Rozier, Horford et Baynes, Boston s’envole donc pour les finales de conférence face à Cleveland. 

Une première période étouffante 

Le choix de Brett Brown de mettre TJ McConnell dans le 5 de départ s’avère directement payant puisque le meneur n’a besoin que de quelques secondes pour marquer les premiers points de son équipe. En face, Jaylen Brown impressionne déjà par sa maîtrise. Alors qu’il revient de blessure, l’arrière est en pleine possession de ses moyens et score avec assurance dans la peinture. Côté Sixers, tout le monde met la main à la pâte et Ben Simmons semble avoir retrouvé sa confiance et son agressivité vers le cercle. Un jeu de ping-pong s’installe donc entre les deux équipes et à la fin du premier quart-temps, les Celtics ne mènent que d’un point (25-24).

Pendant que Joel Embiid et Dario Saric permettent à Philly de dégager un peu d’air sous la défense oppressante des Celtics, Aaron Baynes est déchaîné. L’Australien est précieux sur ses combats en défense dans la raquette mais montre aussi son envie d’aider en attaque. Cela n’empêche pas Embiid de porter les Sixers avec sa panoplie offensive, avant de recevoir de l’aide de la part de Saric sur la ligne des 3 points. Jayson Tatum ne tremble pas à l’image de ses débuts en playoffs avec un Marcus Smart qui monte en intensité au fil des minutes. Sur un buzzer de Terry Rozier pour sonner la fin de la période, un écart se creuse à l’avantage des locaux à la pause : 61-52.

Le collectif des Celtics l’emportent 

Encore présent sous l’arceau, Joel Embiid continue de provoquer la défense des Celtics, comme en témoigne cette bousculade du pivot camerounais sur Aaron Baynes qui lui vaudra une faute technique. le TD Garden est en ébullition et une fois de plus, Jaylen Brown vient s’imposer par son assurance. Brown est d’une efficacité folle derrière l’arc et rien ne semble pouvoir l’arrêter ce soir. Avec +8 au compteur, l’avantage est encore pour les hommes de Brad Stevens mais les Sixers n’ont pas encore abdiqué. JJ Redick se fend d’un trois points dont il a le secret à quelques secondes de la fin du troisième quart-temps pour revenir simplement à un point de son adversaire (83-82).

Ersan Ilyasova jusque-là maladroit depuis son entrée, inscrit un tir primé qui fait du bien aux Sixers. Jaylen Brown lui répond immédiatement dans le corner. Tour à tour, Joel Embiid, Dario Saric et Ben Simmons vont scorer pour mener de deux possessions. Les deux dernières minutes sont asphyxiantes pour les deux équipes mais les Celtics ne veulent certainement pas perdre chez eux et Al Horford dégaine une claquette monstrueuse qui va enflammer la salle entière. L’ambiance est du côté des locaux et Marcus Smart va être décisif. Avec un panier assuré dans la raquette et en mettant un lancer franc sur deux (alors qu’il voulait rater son second), le pitbull Celte permet d’être à +2 dans les deux dernières secondes. Ben Simmons est donc dans l’obligation de faire une longue passe pour provoquer un tir mais devinez qui est là pour couper cette ligne de passe ? Marcus Smart… les Celtics s’imposent et se qualifient pour la finale de conférence.

Le chapitre des Sixers se terminent là, Surclassé par le collectif des Celtics, cette équipe de par sa jeunesse et son talent a de quoi terrifier la conférence Est et la NBA dans les années à venir.

La question : Les Celtics peuvent-ils venir à bout du cyborg LeBron James ?

Jordan Zabatta

Voir tous les articles

41 commentaires