C’est officiel ! après des moments tendus et de grosses interrogations entourant les San Antonio Spurs, ils ont tout de même réussi à valider leur ticket pour les séries éliminatoires la nuit dernière. Une tradition aux saveurs historiques cette année dans le Texas. Alors Pop, content ?

« Aww, c’est merveilleux ! » – Gregg Popovich via ESPN

Et puis c’est tout ! le coach s’est levé et a pris la porte. Une réponse qui semble plus ironique que joyeuse tant le coach a tenu à souligner la position très inhabituelle dans laquelle sa franchise se trouve. Ils ont donc arraché leur qualification cette nuit face aux Kings, 98-85. Une victoire acquise essentiellement dans le dernier quart-temps. Il reste à présent un dernier match à jouer contre les Pelicans d’Anthony Davis, l’occasion de se préparer pour les playoffs, se mettre un peu en jambe. Justement, quel visage pour les Spurs en série ? Qui vont-ils affronter ? Actuellement 6e à l’ouest, ils pourraient néanmoins terminer n’importe où entre la 4e et la 8e place.

« C’est une position différente. Nous n’avons pas vraiment été dans une telle position très souvent. Mais les mêmes choses s’appliquent pour nous : être humble dans les victoires, apprendre des défaites et passer à autre chose, simplement essayer de s’améliorer. » Gregg Popovich

Les San Antonio Spurs représentent un modèle de longévité, de régularité en NBA. Ils joueront les playoffs pour la 21e fois de suites.. Ils ont été bousculé cette saison entre les absences répétées, le tapage médiatique autour d’un retour ou non de Kawhi (qui n’a toujours pas refoulé le parquet) et puis les mauvais résultats. San Antonio va finir une saison en demi-teinte, portée principalement par LaMarcus Aldridge. Et même si cette équipe ne passera qu’un tour ou deux, la postseason sans les Spurs, ça n’a plus la même saveur. Avouons-le ! Et c’est le vétéran Manu Ginobili qui rappelle à tous l’importance de cette qualification pour eux.

« Parfois, vous devez ajuster vos objectifs en fonction de votre potentiel et de votre façon de jouer, de la façon dont la saison se déroule. Nous devons être réaliste, peut-être que nous ne sommes pas les favoris cette année et que ce ne sera pas une saison à 60 victoires comme les précédentes mais après ce qui s’est passé en février et début mars, il a fallu changer nos attentes. Le but était de faire les séries. L’ouest est fou cette année, si bouché, si serré que nous sommes heureux de l’avoir fait. » a déclaré Ginobili.

Alors objectif atteint pour les Spurs, qui devront malgré tout se poser quelques questions en fin de saison. Régler le cas Kawhi Leonard puis penser à l’après … C’est le destin de toutes les franchises, mais après tout, San Antonio n’est pas et ne sera jamais une franchise comme les autres.

Alain Cucchi

Voir tous les articles

86 commentaires