Au terme d’un sixième match serré durant la première mi-temps puis beaucoup moins, Golden State a décroché un match 7 face aux Warriors. Klay Thompson finit MVP du match avec 35 points, et permet à son équipe d’égaliser à 3-3 comme en 2016 face à OKC. Les Warriors gagnent 115-86, à l’Oracle Arena.

Si LeBron l’a fait pour Cleveland, cette fois c’est Klay Thompson que les Warriors peuvent remercier : 35 points, 9 paniers à trois points, il a pris le match à son compte et la défense des Rockets elle, a pris l’eau. Ce n’était cependant pas gagné. Le premier quart-temps se clos sur un score de 39-22, qui augurait une nouvelle victoire nette des Rockets. Mais Stephen Curry et Klay Thompson ont renversé la vapeur. Neuf paniers à longue distance pour Thompson, cinq pour Curry, ça fait déjà 42 points. Ajoutez à ça, une adresse pas dégueu à deux-points également, et Klay se retrouve à 35 points, et Curry à 29. De plus, l’agressivité des Warriors a payé : 47 rebonds à 38 (10 pour Draymond Green, 7 pour KD et Looney, 6 pour Thompson et Bell, 5 pour Curry, on remarque que c’est bien distribué entre les joueurs). Après la mi-temps, Golden State a totalement étouffé Houston, avec une claque 64-25 dans les deux derniers quart-temps. A noter le super match de Draymond Green, qui en plus de ces rebonds, délivre 9 passes décisives.

A Houston, même si Harden reste un joueur impressionnant (32 pts, 9 ast, 7 reb), c’est Chris Paul qui manquait terriblement. Même si, enfin, James Harden a marqué son premier trois-points depuis le match 4. Son équipe a manqué cruellement de justesse technique, avec dès la première mi-temps, et malgré une avance de 10 points, déjà 11 ballons perdus ! Au retour sur le parquet, les Rockets se prennent un dur 11-0, et ne sont plus en tête au bout de trois minutes de jeu. James Harden et Eric Gordon continuent à marquer mais sont incapables de contenir les Warriors, qui eux défendent plus durement : Golden State enregistre encore cinq stops, avec un joli 12-0. Au dernier QT, Houston ne marque que 4 paniers en 12 minutes ! James Harden aura été à la hauteur, mais a parfois manque d’adresse (14/36 sur l’ensemble de ses tirs), et a surtout manqué d’un Chris Paul. Si Gordon fait un match plutôt réussi, CP3 amène toute une gamme de jeu qu’Eric Gordon n’a pas : il contrôle le rythme du jeu, peut faire autant d’isolations qu’Harden, marquer et passer (Gordon termine avec 0 assists, tout comme Ariza et Green) … Et il faut dire que Paul était à un niveau exceptionnel lors de ces playoffs et finales de conférence. Pour finir, soulignons la générosité de Clint Capela : 15 rebonds, malgré deux petits points et une seule passe décisive.

 

Tout comme à l’Est, la conférence Ouest décidera de son candidat en lice pour la Bague de champion dans un match 7 ! La nuit prochaine, vous suivrez le dernier match dans la série entre les Celtics et les Cavaliers, à Boston. La nuit suivante, ce sont donc les Rockets qui recevront les Warriors, pour un dernier duel dantesque avec les Finales NBA.

 

Damien Orsat

Voir tous les articles

21 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*